Mon avis sur les escarpins Magicien d'Oz d'Annabel Winship - Pensées d'une Shoesaholic

Je ne suis pas la nouvelle Judy Garland

Ce contenu a été publié il y a 6 années. Lisez cet article en tenant compte de son âge (les chaussures dont je parle peuvent par exemple ne plus être disponibles 😉 ).

Je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog de ma quête des chaussures de Dorothée dans Le Magicien d’Oz: des escarpins rouges en rubis (bon, d’accord, je suis prête à faire des concessions sur les rubis, des paillettes rouges vont me suffire…), avec un petit talon et un petit noeud.

Pour mémoire:

Et puis un jour, je les ai vues: des chaussures qui ressemblaient en tout point, ou presque, aux chaussures de Dorothée. Des chaussures rouges, magnifiques de brillance, imaginées par Annabel Winship et vendues par Sarenza.

Annabel Winship Irresistible

Annabel Winship Irresistible

annabelwinship3

Mais bon, hors soldes, elles étaient quand même à 278€, soit dépassant de très loin ma barrière psychologique de somme tolérable pour une paire de chaussures unique. Alors, profitant du fait qu’il restait encore pas mal d’exemplaires, j’ai attendu la deuxième démarque pour les voir descendre à 166€.

Sarenza avait écrit que ces escarpins taillaient grand. Plutôt une bonne nouvelle pour moi qui ai les pieds larges, je me dis: au moins ils seront davantage adaptés à ma largeur. (Cette information est importante pour la suite.) Du coup, je décide de commander mon 39 habituel.

Quand le colis arrive, je n’ai qu’une seule envie: les déballer.

Les avantages:

  • je suis complètement ébahie au moment de les déballer. Elles scintillent de mille feux. On dirait vraiment les vraies chaussures de Dorothée. Je n’ai qu’une seule envie, les avoir aux pieds!

Les inconvénients:

  • j’ai comme l’impression que la personne qui a écrit que ces escarpins chaussaient généreux était Bilbo le Hobbit. Elle n’a jamais dû porter de chaussures, ni comprendre à quoi ça sert, ni où ça se met. Elle a dû se les mettre sur l’oreille et effectivement décider que ça chaussait généreux. Parce que moi, je trouve que ça chausse ultra-petit, pourtant je fais un 39 classique et non un 39,5. Au moment où je les ai enfilés, mon pied ressemblait à celui d’une des soeurs de Cendrillon (Javotte ou Anastasie, je ne me rappelle plus), quand elle parvient à mettre la chaussure mais son pied est tellement plié en deux qu’il finit par sortir. Comparaison peu flatteuse. Trop étroites, trop petites… en tout cas, complètement importables! Un 40 aurait été très bien je pense, mais bien évidemment non disponible sur Sarenza. Je pouvais prendre du 41, mais je pense que je les aurais perdues en route.

J’ai donc dû renoncer à remplacer Judy Garland dans le rôle de Dorothée et renvoyer mes magnifiques escarpins façon Magicien d’Oz. Il faut croire que, comme pour jouer Cendrillon, il faut avoir des petits pieds pour jouer Dorothée et manifestement, ce n’est pas mon cas.

8 Commentaires
  • sushiesan
    février 15, 2013

    Hoooo 🙁 elles étaient trop belles !!! L’année prochaine ou cet été s’ils les ressortent !!!

    • Tatiana MK
      février 15, 2013

      Je crois qu’elles sont encore sur Sarenza si ma mémoire est bonne, il restait pas mal de pointures… par contre prends bien une pointure ou demi-pointure au-dessus!

  • Arnaud
    février 15, 2013

    Très jolie chaussure!

  • Matoushi
    février 17, 2013

    oooh quel dommage car elles sont vraiment canons… 🙁

  • Filo
    février 18, 2013

    Oh je comprends ta déception!
    j’adore ton sens de l’humour ceci dit, j’ai vraiment bien ri au passage « Elle n’a jamais dû porter de chaussures, ni comprendre à quoi ça sert, ni où ça se met. Elle a dû se les mettre sur l’oreille et effectivement décider que ça chaussait généreux » 😉
    Mais je suis sûre que tu finiras par trouver ton bonheur!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.