L'exposition Pleasure and Pain à Londres - Pensées d'une Shoesaholic

J’ai envie de retourner à Londres

mardi, 23 juin, 2015 4
Ce contenu a été publié il y a 5 ans. Lisez cet article en tenant compte de son âge (les chaussures dont je parle peuvent par exemple ne plus être disponibles 😉 ).

Pourquoi, pourquoi, pourquoi? Pourquoi est-ce qu’après avoir fait un superbe voyage à l’étranger, on découvre toujours qu’en fait, un mois plus tard, il y a un super événement dans la ville où on vient d’aller, et on l’a loupé?

C’est mon cas. Il y a un mois, je suis rentrée de Londres. Et là, je tombe sur un article sur une expo sur les chaussures. Une expo sur les chaussures à Londres. (Bon, j’avoue, j’aurais peut-être galéré à convaincre Chéri d’y aller, mais au bout d’un moment rempli d’yeux doux, il aurait dit oui, j’en suis sûre.)

« Les chaussures ont un aspect révélateur important dans la tenue. Objets splendides et sculpturales, elles sont de puissants indicateurs du genre, statut, identité, goûts et même tendances sexuelles. Notre choix de chaussure peut aider à projeter l’image de la personne que l’on veut être. »

C’est la phrase phare de cette exposition et juste en lisant cette phrase, on a déjà envie d’y aller. C’est un lieu qui partage ma vision de la chaussure et ça, c’est nécessairement génial.

L’exposition présente la chaussure autour de trois thèmes:

1. La Transformation. On y retrouve des scènes de films qui montrent la chaussure comme un mythe: Le Magicien d’Oz (je veux, je veux, je veux ces escarpins rouges tout brillants, pourquoi moi j’en n’ai pas des comme ça?) ou encore Cendrillon, bien sûr.

Souliers du Magicien d'Oz

 

Escarpin de Cendrillon

 

2. Le Statut. Achète-t-on des Louboutin juste parce que c’est beau? Certes, c’est beau les Louboutin, mais des escarpins noirs – le modèle Louboutin sûrement le plus vendu – , il y en a dans à peu près toutes les marques. On peut avoir une paire d’escarpins noirs identiques pour 50€. Mais ces escarpins noirs identiques n’auront pas la semelle rouge. On achète des Louboutin pour qu’on nous dise « Wahou, ce sont des Louboutin!! ». L’exposition montrera que ce désir d’acheter des chaussures uniquement pour la marque et le statut social que cette marque représente est loin d’être nouveau.

Escarpins Louboutin noirs

 

3. La Séduction. La raison qui ne se présente pas… Ce n’est pas un secret que les hommes préfèrent nous voir en talons qu’en chaussures plates. Enfin, pas tous. Certains verront le côté pratique et diront (à juste titre) qu’une fille en talons ne marchera pas aussi vite qu’une fille en chaussures plates, et qu’il faudra donc marcher d’autant plus lentement pour qu’elle puisse suivre. Mais la plupart considéreront que c’est un faible prix à payer…

Vient ensuite un étage rempli de créations insolites, ce que moi j’appelle sur ce blog les « chaussures conceptuelles », les fameuses chaussures qu’on ne mettra jamais mais dont on ne peut s’empêcher d’apprécier le travail de création…

L’exposition a lieu jusqu’au 31 janvier, si vous avez la chance d’aller à Londres d’ici là, pensez à y jeter un coup d’oeil. L’entrée coûte 12£ – c’est cher, mais c’est Londres. L’exposition s’appelle Pleasure and Pain (quel nom magnifique et révélateur…) et se situe au Victoria and Albert Museum de Londres.

Pour plus d’infos, je vous invite à consulter cet article sur le site France TV Info.

4 Commentaires
  • Elli
    juin 23, 2015

    Merci pour cette info, une motivation de plus pour retourner à Londres !! Pleasure and Pain, c’est exactement ça !!!!!!

    • Tatiana MK
      juin 25, 2015

      Comme si on manquait de raisons de retourner à Londres 🙂 si tu aimes bien les burgers (il me semble que oui…) les meilleurs burgers du monde sont chez Haché Burgers!

  • ThePsyshoepathe
    juin 23, 2015

    J’adore cette ville et je suis passée devant ce musée en décembre ! Il faut que j’y retourne !!!!! Merci pour l’info !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.