Publicité sur Youtube: "Le virus Zalando" - Pensées d'une Shoesaholic

Et vous, êtes-vous atteinte du virus Zalando?

lundi, 24 septembre, 2012 2 ,
Ce contenu a été publié il y a 7 années. Lisez cet article en tenant compte de son âge (les chaussures dont je parle peuvent par exemple ne plus être disponibles 😉 ).

Femme qui crie

S’il y a bien une chose qui distingue Zalando de ses annonceurs, c’est ses publicités toutes plus créatives et plus marrantes les unes que les autres. Elles ont toutes un point commun: des filles qui hurlent comme si leur vie en dépendait en voyant un colis Zalando arriver.

Celle dont je vais vous parler date d’il y a un moment déjà (8 août), mais de un, le blog n’existait pas encore à l’époque, de deux… je vous en pose des questions, moi?

Je suis une Shoesaholic, certes, mais je suis aussi une communicante, et je recherche un emploi dans la communication digitale. Maintenant que la minute « DONNEZ-MOI DU BOULOT » est passée, je peux m’attarder sur la publicité.

Si la vidéo est présentée de façon humoristique qui ne peut nous empêcher de sourire, le concept de présenter l’addiction au shopping comme un virus n’a rien de spécialement innovant. Il y a bien des groupes d’accros du shopping anonymes, façon alcooliques anonymes, non? (ou alors ça a été inventé juste pour le film Confessions d’une accro du shopping mais je ne pense pas) L’addiction au shopping peut être une maladie – mais je ne vais pas m’attarder trop longtemps sur le sujet, parce que quand je le fais, je me dis que je suis malade et je commence à avoir peur. Le concept de présenter l’addiction au shopping comme un virus CONTAGIEUX qui se transmet manifestement par le bouche-à-oreilles (les filles qui discutent entre elles et parlent de la paire de chaussures géniale qu’ils ont achetée sur zalando.fr et forcément le virus se transmet) – ce n’est pas expliqué dans la publicité, mais c’est comme ça qu’il faut le comprendre – ça, par contre, c’est nouveau.

Après, si on ne prend pas en compte l’effet humoristique, je suis beaucoup plus sceptique sur les éternuements. Personnellement, pour aller jusqu’au bout de la métaphore, je préférerais voir une fille complètement collée sur son ordi qui pousse les fameux cris si chers aux publicités Zalando de façon régulière. Ca fait assez virus, ça, non (un peu à la manière de Cellulaire de Stephen King où le virus se transmet par téléphone portable, ici ça se transmettrait par ordinateur)? Pas forcément besoin des éternuements ni du changement de vêtements. Et après, le docteur et la soeur de la malade se mettent à crier elles aussi, ainsi que les autres patientes dans la salle d’attente (et la fameuse vieille dame qui a eu un sacré succès dans les commentaires Youtube).

Malgré ça, j’aime beaucoup cette publicité. Elle remplit les deux critères qui selon moi sont à la base de toute publicité efficace:

  1. On se souvient de la publicité après l’avoir vue (la preuve, je l’ai vue le 8 août à sa sortie, et je m’en souviens encore!).

  2. On se souvient de la marque mise en valeur dans la publicité.

Ce sont des critères qui paraissent bêtes, mais un nombre surprenant de publicités ne les remplissent pas. Certaines publicités sont tellement portées soit sur l’advertainment, soit sur l’humour, qu’on en oublie la marque à la fin. Exemple? Vous vous souvenez probablement de la publicité pour une banque qui montrait un couple qui avance dans la vie. Elle est beaucoup passée à la télé il y a un an ou deux, elle était sympa. Qui d’entre vous, parmi ceux qui ont vu la publicité, est capable de me dire de quelle banque il s’agit?

Néanmoins, j’ai une préférence pour une autre publicité Zalando, celle avec le braquage de banque et les filles tellement hystériques qu’elles en font fuir les braqueurs. Je vous la remets, parce que c’est quand même très très bon.

L’hystérie féminine par rapport au shopping y est encore mieux représentée que dans celle du virus, je trouve… Et puis je me vois tellement complimenter ma voisine sur sa robe pendant que ma banque est en train de se faire braquer, que je ne peux que me sentir proche de cette publicité. Eternuer pendant que je fais mon shopping en ligne, c’est quelque chose que je fais beaucoup plus rarement.

2 Commentaires
  • sushiesan
    septembre 24, 2012

    Oulaaaa 🙂 ton analyse est trop poussée pour moi 😉
    Perso je les trouve trop agaçantes les pubs pour zalando, ces cris hystériques là, sauf pour des Louboutins à la limite, je m’identifie pas et ça me tape juste sur les nerfs. Mais c’est une stratégie commerciale qui marche, vu que comme tu dis, on se rappelle forcemment de la marque.

    (M’en rappelle pu effectivement de la banque, juste de la pub ^^ je dirais le CIC ?)

    • Tatiana MK
      septembre 24, 2012

      Je suis une ex-étudiante en com quand même, on a passé toute l’année à bouffer de la pub pendant mon M2, c’est normal que j’aie envie d’analyser dès que j’en vois une, c’est plus fort que moi! 🙂
      Pour la banque, en fait je n’en sais rien non plus. Le pire c’est qu’on l’a visionnée en cours cette pub et on nous a dit qu’elle n’était pas efficace parce qu’on ne se rappelait pas de la marque. Tellement on s’en rappelle pas que même quand on me l’a dite en cours, je ne m’en rappelle pas 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.